Londres a Secret Cinema qui transforme d’immenses espaces vides en scènes de films cultes à vivre ; New-York a le McKittrick Hotel de Sleep no more ; Tokyo a les deux immenses musées TeamLab ; Santa Fe a la House of Eternal Return de Meow Wolf… Et l’Europe continentale ? Nous aurons bientôt Hotel Wonderland, qui ouvrira ses portes en 2021 ! Nous avons interviewé Michel Groenenstijn, un des trois fondateurs de ce lieu, qui nous en dit un peu plus…

Est-ce que tu pourrais te présenter ainsi que l’équipe fondatrice d’Hotel Wonderland ?

M.G : Nous sommes trois entrepreneurs ! Je travaille avec Tristan Hupe-Guimarães qui a fondé Sherlocked, l’un des escape game les plus en vues des Pays-Bas et Raymond Klompsma, qui a créé srprs.me, une start-up dans le tourisme. Quant à moi, j’ai également un background dans les nouvelles expériences de tourisme et en design d’expérience.

Qu’est-ce que Hotel Wonderland ?

M.G : Hotel Wonderland c’est un lieu unique en Europe qui devrait voir le jour en septembre prochain. Chaque soir, nous y accueillerons 200 personnes qui vont laisser leur manteau et leur smartphone au vestiaire pour se laisser happer dans un immense monde merveilleux, de 4000 m2. Les participants pourront s’y déplacer librement, découvrir nos scénarios, parfois vivre des moments plus intimes, dans des lieux secrets et interagir avec de nombreux acteurs. Et à la fin, il y aura un grand final pour croiser qui fera office de dénouement. Nous avons aussi deux espaces de restaurations  et bars pour ceux qui veulent aussi profiter de ce temps pour se détendre.

Cela nous fait beaucoup penser à Sleep no more ! Est-ce une source d’inspiration ?

M.G : Bien sûr que Sleep No More est une source d’inspiration ! Pour autant, il y a aussi de nombreux points qui nous différencient. Par exemple, notre performance n’est pas muette. Les gens peuvent parler et vont devoir interagir oralement. Notre scénographie est aussi un mélange d’art digital et physique. La scénographie est en soi une œuvre artistique. Et enfin, le thème, le contenu et l’expérience que vous allez vivre n’a rien à voir !

Sleep no more

 

Sleep no more, une pièce à découvrir dans le McKittrick Hotel à New-York

Quand vous est-venue cette idée ?

Cela fait à peu près un an que nous travaillons dessus ! Je connaissais déjà Tristan et Raymond, et j’aimais bien l’idée de réunir cette équipe pour un nouveau projet immersif. En octobre 2019, nous avons réservé deux jours de brainstorm, pour explorer un concept qui deviendra Hotel Wonderland et voir si nous pouvions en faire une expérience différente et nouvelle. Et en janvier 2020, nous nous sommes lancés dans l’aventure à fond ! Depuis nous avons réussir à réunir de nombreuses personnes autour de se projet, et tout avance très bien !

D’où vient ce nom d’Hotel Wonderland ?

En fait, c’était le titre du groupe de travail ! Nous voulions d’abord travailler sur un objet merveilleux, pour rechercher la magie dans le quotidien, dans la vie de tous les jours. Le concept de l’hôtel s’est vite révélé être une idée forte, un fil rouge. Il y a plein d’histoires que l’on vit dans un hôtel. Les clients viennent des quatre coins du monde, sont rassemblés le temps d’une soirée, chacun avec leurs histoires… On se coupe du quotidien, on fait des rencontres improbables, parfois qui vont nous marquer ! Puis chacun repart dans sa vie quotidienne avec ses souvenirs forts, partagés avec tant d’inconnus. L’idée de ces rencontres impromptues, d’une soirée hors du quotidien nous plaisait beaucoup.

Et alors…Hotel Wonderland est-il un vrai hôtel ?

Hahaha, on y a pensé ! On espère y ouvrir quelques chambres qui permettront d’y dormir, et nous comptons sur quelques partenariats aux alentours pour les participants qui viennent de loin ; mais mis à part cela, non. Hotel wonderland n’est pour le moment pas un hôtel !

Pour toi, c’est quoi une expérience immersive ?

Pour moi, la différence entre une expérience et une expérience immersive se situe dans une volonté d’être consciencieusement coupé de la réalité, comme sorti de notre monde pour nous faire vivre une nouvelle réalité. Une expérience immersive doit vraiment faire “réelle” quand bien même tout est faux et fictionnel ! C’est pour ça que la VR ne marche pas toujours, ça ne fait pas vrai, tous nos sens n’y sont pas en alerte. L’immersion réelle, elle est tangible, et surtout elle doit nous faire vivre une histoire !

C’est pour cela que vous demandez aux gens de laisser leur téléphone à l’entrée – pour qu’ils puissent sortir du monde ?

Oui, et c’était en fait plus dur que ce que j’imaginais comme combat. Mais vous êtes à Hotel Wonderland pour y vivre un moment unique d’émerveillement- vous n’y êtes pas pour prendre des photos… En participant moi-même à des expériences dans lesquels les téléphones étaient interdits, je me suis rendu compte à quel point ce petit détail changeait radicalement l’expérience. Parce que le téléphone est un lien vers le monde réel ! La moindre notification, et cela brise l’illusion. Preuve que notre article Instammersion n’était pas vain !  

Au-delà de la simple interdiction, on sent que dans l’ADN du projet, transparait la volonté de proposer une autre lecture du monde ?

Je pense que nous vivons dans un monde très rationnel. Tout va très vite, tout semble aller pour le mieux (malgré la crise que nous traversons) et pourtant quelque chose a été perdu. Tout devient efficace, mais notre humanité s’en trouve bouleversée. Il y a besoin de rêver à nouveau, et de croire à en quelque chose de magique. C’est pour cela que nos histoires doivent faire vivre de belles aventures à nos futurs visiteurs. Il s’agit vraiment de réenchanter notre monde, de redonner une volonté de le parcourir, en dehors de notre rationalité, et de se laisser aller vers ce que nous ne pourrions concevoir.

Et pour proposer cette vision, le format immersif était-il nécessaire ?

Nous vivons une ère d’expérience. Je ne peux que recommander de lire et relire Pine & Gilmore qui témoigne de cette société dans laquelle nous sommes entrés. Nous ne voulons plus acheter des produits, mais bien des expériences qui vont améliorer la qualité de notre temps disponible. Quand je regarde les nouvelles générations, si connectées, si habituées à discuter avec leurs youtubeurs préférés, à reprendre des créations et à les transformer sur TikTok… Je ne vois pas comment on peut leur demander de rester assis deux heures à regarder un spectacle sans bouger et sans parler ! L’immersion donne un terrain de jeu formidable pour inclure les spectateurs et leur donner la liberté d’interagir.

Et comment arrivez-vous aujourd’hui à donner vie à Hotel Wonderland ?

Nous comptons sur de nombreux artistes. Avec l’équipe fondatrice, nous avons défini le cœur des expériences que nous voulions proposer, la ligne directrice – d’où l’importance d’un ADN très fort bien explicité. C’est beaucoup plus simple ensuite pour pouvoir concevoir à plusieurs et veiller à la cohérence globale du projet. Nous misons sur la cocréation, avec des collaborations inédites et originales dont les résultats seront vraisemblablement troublant, et jamais vu. Nous avons donc sélectionné entre 15 et 20 artistes, sur la base de 3 concepts, pour les guider et leur soumettre un nouveau terrain d’expression.

Quelles difficultés rencontre-t-on quand on veut donner vie à un projet si ambitieux ?

Le lieu – c’est toujours un vrai casse-tête. Nous avons trouvé un lieu, à 30mn d’Amsterdam. C’est un peu loin mais pourquoi pas. Et puis avec le covid, de nombreux espaces sont devenus vacants dans le centre d’Amsterdam, les prix ont baissé, cela crée potentiellement une nouvelle opportunité !

Et puis désormais on se focalise sur l’investissement. Bonne nouvelle, la réception du projet est bonne auprès des investisseurs. Nous avons déjà réalisé 350 préventes à 70€ le ticket et les premiers investisseurs privés nous ont permis de sécuriser près de 35% du total nécessaire ! Nous cherchons à clôturer cet exercice en mars, nous devrions pouvoir y arriver !

L’autre point difficile, c’est que nous avançons sur tous les tableaux en même temps :  les recherches d’investissement, le pilotage de toutes les créations artistiques en parallèle, la recherche du lieu. Ce sont des aller-retours permanents !

Comment est l’écosystème immersif aux Pays-Bas ?

Très nouveau ! Il y a beaucoup d’escape game ! je crois que nous avons même l’une des densités les plus élevés au monde par rapport à la taille de la population. Quelques production de théâtre immersif ont aussi fait leur apparition dernièrement, mais elles ne sont que temporaires. L’écosystème reste encore très petit alors même qu’il y a des démonstrations partout dans le monde qui tendent vers cette nouvelle industrie : Secret cinema, Meow Wolf, Punchdrunk, etc.

Est-ce que tu penses que l’Europe peut devenir un spot majeur de l’immersif ?

L’Europe a une opportunité énorme à saisir ! Notre marché intérieur est très dynamique et prompt aux nouvelles expériences. Les jeunes millennials veulent co-créer tout le temps, être dans le digital, interagir, et ne veulent plus être assis dans une chaise à n’être que simple spectateur… Il nous faut suivre cette tendance !

De plus, nous prévoyons d’ouvrir des franchises juste après la première année pour le voir émerger dans d’autres grandes villes ! – Qui sait peut-être qu’Hotel Wonderland ouvrira un jour à Paris !

Et après l’immersion ? Quelle sera la prochaine grande tendance ?

Les expériences transformatives ! Créer des expériences qui nous feront grandir, remettre en question, et qui changeront probablement un peu de notre vie. C’est ce que mettent en avant justement Pine et Gilmore dans leur nouvelle édition de l’Expérience Economy, et on ne fait que s’en approcher. Et en ce sens, les expériences immersives ont un véritable rôle à jouer pour promouvoir ce changement car elle nous place au cœur des évènements. Si je reprends Hotel Wonderland, la transformation que nous souhaitons transmettre est de redonner du merveilleux dans le quotidien des gens ! De leur faire toucher du doigt qu’il n’y a pas que l’efficacité qui compte.

Pour finir, quelle est ton expérience immersive préférée ?

Secret Cinéma, avec Blade Runner ! c’était ma première grosse expérience immersive, ça m’a marqué, c’était tellement nouveau pour moi !

Merci Michel pour ton temps et cette présentation plus qu’alléchante d’Hotel Wonderland ! On a très envie d’y mettre les pieds et de nous déconnecter, nous aussi

S'informer

LA NEWSLETTER

Toutes les deux semaines, nous décryptons les dernières actus immersives, du théâtre immersif jusqu’au nouveau parcours client en boutique

APPROFONDIR

+ d'articles triés par thème

IMMERSIVE HIGHLIGHT - Credits : Rahul Bhosale
IMMERSIVE HIGHLIGHTS
IMMERSIVE ENTERTAINMENT - Credits : Damir
IMMERSIVE ENTERTAINMENT
IMMERSIVE RETAIL - Credits : XianJuan Hu
IMMERSIVE RETAIL
IMMERSIVE CULTURE - Credits : Joshua Rawson Harris
IMMERSIVE CULTURE
TOUS LES AUTRES - Credits : Josh Hild
TOUS NOS ARTICLES

La publication a un commentaire

Laisser un commentaire