La vie c’est comme une boîte de chocolats, on ne sait jamais sur quoi on va tomber – disait Forest Gump. Et à dire vrai, en route vers notre visite de ce nouvel hôtel parisien by Mk2, on se demandait justement sur quel chocolat nous allions tomber.

Le cœur caramel bien enrobé et agréable à souhait, ou ce chocolat à l’alcool cerise qui nous fait jurer un « berk » en le recrachant. Au sortir de la visite, réalisée par Elisha Karmitz en personne, nous étions…ravis !

A défaut du chocolat, nous avions découvert un hôtel multi-facettes, pensé avec soin, subtilité, et surtout pleins de clins d’œil… En somme un artichaut préparé par un chef étoilé de la gastrocinématographie !

Surtout, il s’agit du premier hôtel cinéma au monde.

L’artichaut en façade : une belle gueule !

Sur le papier, l’Hôtel Paradiso a de quoi surprendre. Déjà parce que l’idée même qu’un cinéma se lance dans l’hôtellerie est inattendu. Elisha nous rassure tout de suite : « Le cinéma et l’hôtellerie, ça reste de l’hospitalité. On y accueille du public. Mais, c’est surtout un enchainement d’opportunités qui nous a conduit ici ! ».

Elisha Karmitz - Credits : Philippe Quaisse

Et après quelques minutes à échanger on comprend mieux pourquoi. L’immeuble d’à côté, aujourd’hui cinéma Mk2, est chargé d’histoire. D’abord salle de concert au début des années 1900, Le Palais du Trône, devient un cinéma à partir de 1930, rebaptisé Les Trois Nation, qui sera racheté par le groupe MK2 fin des années 90, et rénové en 2018

« C’est un cinéma qui compte pour nous. Nous avions déjà le petit café juste à côté, mais il y avait cette dent creuse qui créait un espace vide entre le cinéma, et l’autre immeuble. Nous avons pris l’opportunité de la remplir, en réfléchissant à un nouvel objet pour animer notre marque Paradiso.  C’est devenu un hôtel ! »

Et extérieurement l’ensemble fonctionne plutôt bien. Surtout avec la façade interactive de l’hôtel qui donne un aspect phare dans la ville. Ici on aime le cinéma, mais on le fait vivre sobrement – et on ne le crie pas encore sur tous les toits. Plutôt discret, mais chic, on apprécie. 

Les premières feuilles : un palais rempli de belles surprises

Sur la visite à proprement parler, la découverte réserve bien des surprises ! On y entre par le café plutôt cozy.

Lorsque nous découvrons dans une première chambre, une immense fenêtre nous fait face. Tout est très lumineux. Tout à coup un écran opaque descend du plafond et vient camoufler cette fenêtre. Un noir complet de cinéma est créé ! On peut lancer son film en quelques secondes seulement avec un son diffusé par une barre Yamaha bien efficace.

De manière assez surprenante et en même temps attendu, on a (enfin !) accès à tous les grands catalogues de films en ligne dans un hôtel (Netflix, Disney +, Arte, Carlotta, programmation films 3 couleurs, etc.). L’ensemble des services se commandent à l’aide d’une tablette centrale plutôt intuitive.

Mais au-delà des services que l’on attendrait d’un hôtel cinéma, de nombreux clins d’œil, options, et espaces viennent nous faire sourire ou améliorer l’expérience au global.

L'arrivée dans la chambre. Dérrière l'écran, une grande fenêtre. Credit : Romain Ricard

L’expérience cinéma de cet hôtel ne s’arrête pas à son catalogue de contenus.

Le « Room Directory » est scénarisé, avec quelques répliques de films, pour nous expliquer l’expérience à vivre pendant notre séjour à l’hôtel Paradiso.  Il faut composer le 007 au téléphone pour appeler la réception. On peut aussi peut prendre une option PS5.

Plus nous montons dans les étages, plus les équipements montent en gamme. Jusqu’à arriver dans l’une des suites de l’hôtel, on l’on découvre le système son augmenté de mini-enceinte italienne disposée un peu partout dans la pièce. Le tout vibre sous du coup « Give Up the Funk » de Parliament lancé par Elisha. Sympa !

Il nous confiera par ailleurs que les techniciens ont mis un mois à configurer l’acoustique des espaces pour que tout soit optimisé. Le diable se cache dans les détails dira-t-on.

Au-delà des chambres, il y a également une loge de projectionniste à louer, et dans laquelle on peut regarder un film projeté directement au MK2 Nation tout en discutant business et en mangeant façon loge VIP des tribunes d’un match de foot. Et puis, il y a ce Karaoké « La La Land » pour se péter la voix et faire la fête.

Dans les couloirs, on retrouve globalement les tons des cinémas MK2, avec des murs bétonnés, brut, et en même temps les couleurs rouges qui viennent créer une atmosphère sobre et élégante.

Arrivé au cœur : un délice

En fait, l’Hôtel Paradiso a réussi à éviter l’écueil du kitsch qui attend n’importe quel concept d’hôtel cinéma. Du genre, trouver sa clé de chambre une boite de cassette, ou avoir des décors en papiers peints ou carton-pâe qui reprennent des affiches de films. Les frères Karmitz ont opté pour la sobriété, une immersion sans fioriture, invisible au premier regard mais qui est en toile de fond tout le temps. Et qui surtout crée la surprise.

Comme cette réalisation de JR que l’on peut voir par la fenêtre de l’une des chambres de l’hôtel. Plutôt classe non ?

Ou encore comme l’idée d’inclure dans la réservation des places pour aller voir un film dans le mk2 Nation à côté, ou de voir directement les films à l’affiche dans sa chambre.

Lorsque j’ai demandé à Elisha s’ils avaient pensé animer le lieu en y amenant du théâtre immersif par exemple, ou en format les équipes à incarner des personnages de films, la réponse a sonné claire :

l'oeuvre de JR visible depuis l'une des fênetres - Credits : Romain Ricard

Personne ne joue de rôle ici, le cinéma c’est un lifestyle. On le vit. Et puis le cinéma, c’est un spectacle immersif !

J’ai bien aimé cette réponse. On a souvent tendance à faire des raccourcis rapides entre immersion, thématisation et décor.

le thème, ne veut pas forcément dire créer un Disneyland Paris.

C’est surtout réussir à créer une atmosphère, une ambiance, qui nous sécurise et nous emporte dans des valeurs et un état d’esprit.

Et puis, arrivé au dernier étage, on découvre la terrasse. Petite, mais avec une vue imprenable sur la plupart des monuments parisiens, et surtout déjà une programmation de films pour les clients de l’hôtel. En sirotant un Martini of course !

L’hôtel réussi à créer cette bulle qui peut nous y faire rester une soirée ou tout un week-end, on s’entouré de l’atmosphère du cinéma. Il ne s’agit pas d’une expérience immersive intense, de laquelle on en ressort bouleverser ou transformé. L’hôtel fonctionne par petites doses, en strates, que l’on doit prendre le temps de découvrir et qui feront plaisir, que vous soyez ou non cinéphiles.

La terasse du Mk2 Paradiso

En conclusion

J’avais quelques doutes au départ. Lancer un hôtel cinéma à Paris : qui irait rester dans lit à mater des films alors que la capitale regorge d’attraction à visiter ? Oui, mais. C’était oublier l’exception culturelle à la française, et le fait que Paris est une aussi une capitale du cinéma. Des Parisiens, au clients internationaux, il semblerait que le Paradiso ait su trouver son océan bleu !

Sur le trottoir, au moment du départ, on remercie Elisha pour cette visite : C’est un super Easter Egg que vous avez crée là. Non nous répond-on, c’est plutôt un artichaut qui se dévoile au fur et à mesure. Ah, l’artichaut, fallait y penser !

S'informer

LA NEWSLETTER

Toutes les deux semaines, nous décryptons les dernières actus immersives, du théâtre immersif jusqu’au nouveau parcours client en boutique

APPROFONDIR

+ d'articles triés par thème

IMMERSIVE HIGHLIGHT - Credits : Rahul Bhosale
IMMERSIVE HIGHLIGHTS
IMMERSIVE ENTERTAINMENT - Credits : Damir
IMMERSIVE ENTERTAINMENT
IMMERSIVE RETAIL - Credits : XianJuan Hu
IMMERSIVE RETAIL
IMMERSIVE CULTURE - Credits : Joshua Rawson Harris
IMMERSIVE CULTURE
TOUS LES AUTRES - Credits : Josh Hild
TOUS NOS ARTICLES