Vous êtes la dernière recrue du DOMM, le Department of Manhattan Memories. Tout ce que vous avez besoin de savoir, c’est que ce département s’occupe d’enregistrer les souvenirs des amants de Manhattan. Tut tut tut, pas plus de questions ! Le reste, ce n’est pas vos oignons. Vous allez donc être formée sur zoom (confinement oblige) par Daphne Brooks, senior archivist. Vous commencerez avec l’analyse des souvenirs d’un couple, Luke et Leo, qui ont dû dernièrement vivre leur relation à distance.

Mais peut-être vous allez tout de même vous poser un peu plus de questions sur les souvenirs, comment nous les transformons peu à peu…

Daphne sera votre tutrice au DOMM

L’expérience Like real people do 2020 :

L’expérience est une pièce qui mélange discussions sur zoom, mails, vidéos à regarder et danse pour incarner les transformations des souvenirs. Elle se déroule sur 4 sessions étalées sur une semaine, d’environ 30mn chacune.

Nous sommes en tête à tête avec notre formatrice Daphne, et parfois avec son ancienne collègue, Cornelia. Officiellement pour analyser des souvenirs de conversation en visio entre Luke et Leo. Mais on comprend rapidement qu’il y a anguille sous roche… Visiblement les deux femmes que tout oppose étaient autrefois très proches et que la clôture brutale de leur enquête a mis fin à leur relation.

Like people do 2020 est une belle incursion dans les souvenirs, comment nous les modulons avec le temps, avec l’histoire que nous nous racontons, le manque ressenti par l’absence d’un être cher.

Like real people do offre une expérience à plusieurs niveaux :

De fil en aiguille, nous sommes amenés à nous poser tout un tas de questions, à plusieurs niveaux de l’histoire. Sur la formation au sein du DOMM : quelle est exactement votre mission ? Comment fonctionnent les souvenirs ? Comment deux personnes qui vivent un même moment en retirent deux perceptions différentes ? Sur la relation entre Daphne et Cornelia : pourquoi les deux femmes ne se parlent plus ? Pourquoi leur enquête a été soudainement fermée et Cornelia mise au placard à l’autre bout du pays ? Quelle était leur piste qui dérangeait le DOMM ? Et enfin sur nos propres souvenirs et nos relations : avons-nous déjà transformé nos propres souvenirs ? Quand est-ce que l’absence d’une personne se fait-elle ressentir ?

Nous avons adoré cette richesse des sujets abordés et de niveaux d’interprétations de Like real people do 2020 !

Le juste équilibre entre narration et interaction libre :

La plupart des expériences immersives oscillent entre narration linéaire et jeu. Les deux peuvent entrer en tension, entre une histoire pensée avec un début, un milieu, une fin imaginée par le créateur versus un jeu, auquel cas c’est le participant qui a la main sur ses actions, le déroulé des évènements et des fins multiples selon ses choix et performances.

Dans Like real people do 2020, nous sommes très bien portés entre les deux. Il y a un cadre narratif riche : cet univers dans lequel les souvenirs des amants sont enregistrés par un département étrange, ces deux femmes qui se sont disputées… et beaucoup de questions sans réponses !

Dans cette histoire, nous avons une vraie place pour réfléchir, discuter, se poser des questions avec les personnages. Les actrices qui incarnent Daphne et Cornelia – respectivement Rita et Kendra – nous font sentir au cœur de l’action, mais jamais dans le risque de mal faire, ou de ne pas savoir quoi faire. On a envie de se lancer dans une argumentation pour en protéger une ? C’est possible ! On préfère rester en retrait et juste commenter de temps en temps ? C’est aussi possible, et aucune version n’est mauvaise.

(*spoiler qui suit*)

On sait que le fil narratif est écrit et qu’en fin de compte, les intuitions de Cornelia sur le DOMM sont vraies, et que les deux femmes vont finir par se réconcilier, et qu’en tant que participant, nous n’allons pas changer cette fin heureuse. Et c’est plutôt rassurant !

Un souvenir transformé avec le temps

Mentions spéciales à Linked dance theater pour…

La poésie et l’imaginaire créé autour des souvenirs !

L’aiguillage discret mais efficace du participant : ce n’est pas par hasard que nous nous posons toutes ces questions ! Les graines sont plantées au fur et à mesure, et exploitées au fur et à mesure. Par exemple, un « formulaire de candidature » (humoristique) est à remplir au moment de l’inscription. On y trouve des questions sur notre vision des souvenirs, qui initie notre réflexion sur le sujet.

La bonne tonalité des mails personnels envoyés en parallèle aux zooms : c’est un extra. Si le participant a envie d’échanger davantage avec un personnage c’est possible. S’il n’en a pas envie ou ne peut pas, il n’est jamais mis en porte-à-faux.

Bravo pour la maitrise technique : pas un moment l’interface n’est pas fluide ! (Or nous avons tous galéré sur zoom !)

En bref, une expérience poétique, une bulle dans laquelle nous sommes invités à nous poser des questions sur les souvenirs, l’amitié, l’amour, sans jamais être trop intrusif. Nous avions déjà interviewé Jordan de la compagnie Linked Dance theater ici, et nous n’avions alors qu’une hâte: découvrir une de leurs expériences, c’est chose faite ! Nous avons hâte de découvrir la prochaine…

L’expérience est encore disponible, inscriptions ici – 70$ pour les 4 sessions

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter bimensuelle ici

Laisser un commentaire