Chez Two Bit Circus à Los Angeles, vous pouvez tester tout un tas de jeux différents : des jeux de plateau, du jenga, de la réalité virtuelle ou des jeux d’arcade. Mais vous pouvez aussi découvrir une « storyroom » ! C’est un jeu d’équipe qui se joue enfermé dans une salle. Le pitch ? Vous avez une demi-heure pour réaliser une mission, en équipe. Nous avons testé Space squad in space et on vous dit pourquoi on a adoré !

Comment ça marche ?

Nous entrons dans la Storyroom : notre équipe de quatre entre dans un vaisseau spatial. Nous nous répartissons chacun sur un poste de commande : pilote, ingénieur, mécanique et capitaine. Une intelligence artificielle, type Hal nous accueille et nous dit que nous avons pour mission d’apporter un colis très important sur une planète.

Premier tour de chauffe où des instructions sont données : chacun doit appuyer sur des boutons, tirer ou pousser des manivelles, ou demande à son voisin d’appuyer sur tel ou tel bouton. Un tutoriel bien rodé.

Ensuite ça commence pour de bon : nous sommes dans l’espace et notre première épreuve vise à se frayer un chemin au milieu d’un champs astéroïdes. Chacun est à sa place, chacun à son rôle mais tout est lié. Si par exemple le capitaine n’est pas malin et fait cramer tout le carburant en 5 secondes ou que le pilote fonce dans un astéroïde, c’est toute l’équipe qui en pâtit. Nous avons ainsi plusieurs épreuves, et en cas de gros pépin, on se retrouve au milieu sur une table « de crise » avec des missions de réparation du vaisseau.

Bon, au final nous n’aurons pas été une équipe très brillante et nous n’aurons pas réussi à rapporter le paquet à destination ! #Fail

Space squad in space
Une équipe sûrement meilleure que nous

Ce qu’on a aimé dans Space Squad in Space

C’est un vrai jeu collaboratif :

Tous les rôles sont interdépendants et l’expérience nécessite une communication permanente. Chacun a besoin que tout le monde fasse bien son boulot, ensemble. Si je me donne à fond mais que je ne réagis pas aux demandes de mes coéquipiers, ça ne marche pas. Idem, j’ai parfois besoin qu’un autre joueur fasse une action spécifique pour me débloquer ! On comprend au fur et à mesure les rôles des uns et des autres et comment ils sont imbriqués. De même, lors des gestions de crise autour de la table centrale, nous devons travailler ensemble pour réparer le vaisseau. Si par exemple seuls trois des quatre leviers sont utilisés, les actions seront beaucoup moins efficaces. Et il faut communiquer pour se mettre d’accord sinon on meurt très rapidement ! C’est la promesse de TwoBitCircus que nous expliquions dans notre article (à découvrir ici) et c’est réussi !

L’humour absurde dans une narration bien ficelé :

Le jeu se prend vraiment à la légère ! Nous sommes sous pression pour accomplir notre mission et en même temps, le jeu est truffé de blagues absurdes.

Par exemple notre intelligence artificielle nous rappelle régulièrement que si nous ne sommes pas au niveau, c’est nous qui allons mourir, lui restera sur un disque dur… donc tant pis pour nous. La narration, bien que légère, suffit à nous embarquer dans cette histoire de quête improbable !

Les décors sont dans la même veine : on est dans le cockpit d’un vaisseau spatial, avec des écrans qui donnent des informations. Certains éléments sont « réalistes » (dans notre imaginaire d’un vaisseau spatial du moins), d’autres beaucoup moins : les boutons de commande du capitaine sont ceux des instructions de lessive…!

Certaines de nos missions n’ont pas de sens, mais les créateurs en jouent : il y a des défenses ultra sécurisées autour de notre planète où nous devons livrer un paquet officiel ? Qu’à cela ne tienne, fonçons tête baissée droit dans le mur de défense super sécurisé. CA c’est du plan d’attaque !

Vous vous demandez peut-être ce qu’il y avait dans le paquet : quand on a posé la question, on nous a répondu que ça dépendait selon les parties, mais cela pouvait par exemple être… une pizza. Tout ça pour ça !

La diversité du jeu :

Chacun reste à son poste de commande pendant toute la durée du jeu, mais les missions à accomplir sont assez variées pour ne pas s’ennuyer et avoir l’impression d’évoluer (traverser un champ d’astéroïdes, passer les barrières de défense de la planète, réparer le vaisseau etc.).

Selon les performances de l’équipe, il y a 6 fins possibles ! Il y a ainsi un fort esprit de compétition en jeu, pour aller le plus loin possible.

Une démonstration du flow dans un jeu vidéo physique :

Le flow, c’est un terme (#techniqueuuu) qui désigne un état psychologique qui s’observe lorsque les joueurs sont si impliqués dans l’expérience que plus rien ne compte… On perd généralement la notion du temps, et même de l’espace pour s’engager complétement dans le jeu. C’est assez proche de ce que l’on a vécu ici ! Plutôt cool 🙂

Space squad in space
Un des panneaux de commande

Ce qu’on a moins aimé dans Space Squad in Space :

On peut y jouer à partir de 4 joueurs (ce qui a été notre cas), dont un membre de l’équipe de Two Bit Circus qui avait déjà joué plusieurs fois. Et pourtant nous avons lamentablement échoué ! Il nous a fallu du temps pour comprendre les mécaniques du jeu, se partager les bonnes informations et réaliser les bonnes tâches. La personne de Two Bit Circus nous a tout de même aiguillé sur certains points. En bref, à quatre sans aucune aide, on aurait été assez perdus et encore moins efficace ! Le jeu est peut-être un poil complexe pour seulement quatre personnes débutantes. Beaucoup plus simple à six !

Ce qu’on en retient :

Le format jeu de 30mn est à la fois prenant, pas trop long et permet une bonne courbe d’apprentissage.

Jouer en équipe dans une pièce est un format qui nous a vraiment plu à l’ère des jeux en lignes et du tout “dématérialiser”. Et la rejouabilité du jeu est réelle, avec d’autres amis, notamment du à la diversité des scénarios possibles !

L’expérience coopérative est particulièrement réussit parce que l’on est forcé de jouer ensemble pour parvenir à une réussite commune. Nous avions testé un simulateur similaire au World War II Museum, assez déceptif, pour ces raisons : aucune invitation à jouer en équipe, aucune incidence de nos actions sur le jeu, aucune communication. Sur concept très similaire, l’expérience a été très différente. Les mécaniques de jeu et l’agencement de l’espace vont beaucoup jouer sur le plaisir du jeu !

Space squad in space
Le poste de commande

Plus d’infos sur la storyroom de Two bit circus :

Adresse : Two bit circus, 634 Mateo St, Los Angeles, CA 90021, États-Unis

Tarif : à partir de 20 dollars par personne

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter !

Laisser un commentaire