Sleep No More, c’est la star du théâtre immersif. Lancé en 2011 à New York, cette œuvre serait à l’origine de l’engouement actuel pour cette forme de théâtre. Forcément, on devait la vivre ! Place à une expérience unique de déambulation dans un hôtel particulier au cœur de New-York.

Avis sleep no more

L’expérience de Sleep no more :

On entre dans le McKittrick Hotel, un hôtel hanté. Une carte de jeu nous et attribué. Nous traversons quelques couleurs d’un noir presque total pour déboucher sur un bar. Ambiance chaleureuse !

Un homme à la voix suave appelle au micro des numéro de carte pour organiser l’entrée dans l’expérience. Nous entrons dans un ascenseur, à partir de ce moment nous n’existons plus : un masque cachera notre identité pour le reste de l’expérience et nous ne pouvons plus parler. A nous, ensuite, de déambuler dans l’autel et d’être “audacieux, car les plus curieux seront récompensés!”.

Sur 5 étages, nous suivons au grès de nos envies les personnages que nous croisons, dans des décors sublimes, pour tenter de comprendre l’histoire.

Ce qu’on a aimé dans Sleep no more :

L’univers créé :

Le lieu est immense, les décors sont nombreux, variés, et tous très soignés. Chaque pièce est plus surprenante que la précédente et recèle d’une foule de détails. et cohérente avec les personnages qui les habitent. On peut tenter d’en percer les mystères : fouille des chambres, lecture de lettres, arpenter un cimetière. Une musique d’ambiance est diffusée et permet d’ajouter un rythme à la pièce, d’autant plus que personne ne parle. C’est … L’hôtel est mystique ! L’ambiance plutôt morbide ne laisse pas indifférent.

Les danseurs :

Ils sont tout simplement bluffant ! Ils sont excellents, habités par leur personnage, ils nous transmettent leurs passions, leur tristesse, leur rage, leur désespoir ou tout simplement leur vie quotidienne. Cet endroit surnaturel ne fait qu’un avec la danse. Il n’y a pas de scène délimitée : le lit, la baignoire ou un comptoir font partie intégrante de la chorégraphie.

Le pari d’une histoire sans parole :

Les spectateurs ne peuvent pas parler, mais les personnages non plus ! Les histoires et les émotions sont transmises par les mouvements et par la danse, sans tomber dans la pantomime. Il convient alors de décrypter le fameux “body language” pour comprendre ce que vivent les comédiens.

Un business modèle viable :

Les expériences immersives sont difficiles à pérenniser et à être viables économiquement. Punchdrunk est parvenu à créer cette œuvre qui se joue depuis 2011 à New-York, avec des centaines de spectateurs chaque soir, avec un billet à plus de 100$ !

Decors Sleep no more
Une des pièces à découvrir dans l’hôtel – Crédits : Sara Krulwich/The New York Times

Ce qu’on a moins aimé :

La distance entre le public et les danseurs :

Physiquement, nous sommes proches des danseurs ; mais c’est comme si nous étions invisibles à leurs yeux. Nous ne pouvons jamais interagir avec eux – sauf quelques très rares occurrences où un personnage va prendre un spectateur à part. Résultat : nous avons été assez frustrés de ne pas pouvoir créer davantage de lien avec eux ! Nous sommes dans un contexte qui favorise la proximité et l’empathie, mais nous devons nous réfréner et maintenir une distance…Autrement dit, aucun rôle ne nous est réellement attribué. Nous n’avons pas l’impression d’être des participants, mais de simples observateurs.

La difficulté à suivre l’histoire de Sleep no more:

Nous avons beaucoup de liberté dans nos déplacements pendant les 3 heures de l’œuvre. Mais cela signifie tout autant d’occasions pour ne pas suivre les personnages principaux et de suivre des intrigues secondaires. Or la fin de l’œuvre se finit sur un retournement de situation. En ce qui nous concerne, on sent que la fin est un dénouement dramatique, mais nous n’avons rien compris de ce qu’il en retournait ! Pourtant, nous avions chacun suivi un parcours différent.

La foule :

Sleep no more est devenu une attraction à faire à New-York ! Mais on se retrouve régulièrement dans une foule de spectateurs amassés dans une chambre. On est un peu serrés, parfois on doit se pousser pour faire de la place aux danseurs pendant une scène. Ce qui nous pousse à aller là où il a moins de monde… mais à perdre l’intrigue principale !

Ce qu’on en retire de notre expérience de Sleep no more :

Entre histoire et totale liberté de parcours, il faut choisir ! Soit l’histoire est clé dans l’expérience et il faut s’assurer que les spectateurs aient tous assez d’informations pour la suivre, soit l’expérience est totalement libre mais peut se vivre sans un fil narratif. Nous n’avons pas l’impression que Sleep No More ait tranché sur l’une ou l’autre de ces deux propositions. En conséquence, it’s floue !

Plus d’informations sur Sleep no more :

Site internet : https://mckittrickhotel.com/

Tarifs : 109$ + taxes

Lieux : A Londres, New-York et Shanghai (l’expérience est légèrement différente, avec des adaptations à la culture et aux mythes chinois)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir nos prochains articles !

Laisser un commentaire