A Mexico, nous avons testé le restaurant Candelilla 16. Ou plutôt l’anti-restaurant : ici, pas de tables séparées, pas de menu, pas de tenue guindée. On se retrouve avec vingt autres convives à découvrir une cuisine atypique, sensorielle avec une histoire d’amour en fond de carte.

L’expérience :

On arrive devant l’adresse indiquée : pas de panneau. Un peu désorienté, on renvoie un mail pour s’assurer qu’on est au bon endroit. D’autres personnes un peu perdues arrivent aussi. On se décide à sonner : Hector, le propriétaire nous accueille les bras ouverts ! Ici, l’ambiance est familiale et nous faisons face à une table unique, gigantesque prête à accueillir les convives ! Mais pas tout de suite. Direction le patio d’abord. Hector nous y fait découvrir la cuisine mexicaine traditionnelle : son four, son pilon, ses plans de travail et on participe même à un atelier pour préparer son propre fromage, l’opportunité idéale faire connaissance avec les autres convives. On déguste quelques tacos et puis vient enfin le temps de passer à table !

C’est le cœur de l’expérience qui commence. Une expérience sensorielle qui mêle l’ouïe, l’odorat et le gout. A chaque chapitre, nous bandons nos yeux pour écouter une histoire. Pour aujourd’hui, nous suivrons les aventures de Louis, un jeune pianiste talentueux de la haute société mexicaine, quelques jours avant le début de la révolution. A la fin de chaque chapitre, une cloche sonne, nous retirons les masques pour découvrir notre plat. Celui-ci a été spécifiquement conçu pour correspondre à l’histoire. Plutôt intéressant comme concept : ici le plat est au service de l’histoire. Par exemple, lorsque le chapitre se déroule dans un dîner mondain, nous avons une entrée raffinée à la française, comme à la belle époque ; lorsque nous sommes à la campagne, c’est un ragoût à l’aspect peu travaillé qu’on mange avec une grosse cuillère en bois ; etc.

La plat campagnard servi dans un bol en terre cuite

Ce qu’on a aimé :

L’accueil chaleureux :

Hector a voulu créer un endroit où on se sent comme chez soi, pas dans un restaurant guindé où on est jugé si on ne sait pas accorder son vin avec son plat. Il insuffle sa bonne humeur et sa convivialité, discute avec tout le monde pendant le repas, on parle facilement avec son voisin qu’on ne connaissait pas il y a une heure. Bref, pari réussi pour passer un moment détendu !

L’expérience atypique :

Hector le dit : le cœur de l’expérience, ce n’est pas la nourriture ! L’attention est d’abord focalisée sur l’histoire, puis sur les odeurs quand les plats arrivent et que nous avons encore les yeux fermés, et non pas sur les noms des plats, leurs ingrédients ou la présentation de l’assiette. C’est clairement autre chose qu’un restaurant, c’est toute une histoire, accompagnée de ses saveurs. Il existe plusieurs histoires, avec plusieurs mises en scène, c’est top !

La saveur et la diversité des plats :

On serait incapable de re-citer l’ensemble des plats que nous avons goûtés ! Pour la plupart, c’étaient des saveurs vraiment nouvelles ou détournées de ce qu’on peut connaitre, et très réussies.

Ce qu’on a moins aimé :

Rester passifs une fois à table :

On aimerait prendre plus part à l’aventure, se sentir davantage concernés, mener l’enquête avec Louis pour comprendre qui est cette fille, décider s’il faut soutenir ou non la conspiration… Jouer et un rôle et s’approprier l’aventure en somme !

La qualité du son :

Nous vivons l’histoire de Louis en l’écoutant nous parler, partager ses pensées et discuter avec Maria. Mais nous n’avons pas l’impression d’être “avec” Louis ! Le son vient d’enceintes réparties dans la salle, mais il n’est pas spacialisé et nous entendons que la musique est enregistrée, nous n’avons pas du tout la sensation d’être près de Maria qui jouerait du piano. Une immersion sonore nous rapprocherait bien plus des personnages !

L’équipe en cuisine doit travailler en silence pendant que les invités écoutent l’histoire !

Ce qu’on en retire :

Ce n’est pas parce qu’une expérience est à la fois sensorielle et narrative qu’elle est immersive ! L’interaction et la personnalisation est ce qui a fait défaut pour nous plonger réellement dans ce passé. En revanche, Hector a déjà proposé des expériences sur la fête des morts mexicaine, où les invités étaient comme mort : la maison était remplie de bougies, avec des photos d’eux, des mots de leurs proches, un petit peu de leur nourriture préférée… Assez intense et étrange à vivre ! (certaines personnes se sont même mises à pleurer pendant l’expérience…)

Plus d’infos sur Candelilla :

Adresses : Candelilla 16, Rinconada de las Hadas, Ciudad de México, CDMX,

Tarif : 950 $MX

Site internet : https://www.candelilla16.mx/

Les menus varient à chaque saison ; vous pouvez les vivre le samedi après-midi à tel endroit ou le vendredi soir à tel autre. Si l’hôtel est bien plus accessible et propose un cadre magnifique, il crée beaucoup moins l’atmosphère intimiste de celui de Roma.

Laisser un commentaire